mercredi 6 février 2019

MADAGASCAR: Défaite de la démocratie et victoire du Hold up électoral applaudi par la Communauté Internationale

Lettre ouverte à la Communauté Internationale


Madagascar est l’énième pays d’Afrique où le système électoral est cyniquement organisé pour un faux-semblant de démocratie. En Afrique, il suffit qu’il y ait élection pour qu’on claironne le terme de “démocratie”. En réalité, le peuple vote mais ne choisit pas !! N’est-ce pas au fond une insulte à la démocratie et donc au peuple malagasy?

Madagascar n’échappe pas à la règle lors des dernières élections où des fraudes massives quasi-généralisées et irrégularités graves, cautionnées par la CENI et la HCC, ont été constatées dans plusieurs circonscriptions. Car, ni l’une ni l’autre ne voulait rien savoir concernant les demandes de recomptage des voix et les multiples requêtes en annulation demandées par le camp adverse.

Tout a donc été organisé pour légitimer et imposer le putschiste Rajoelina au peuple malagasy par un simulacre d’élections. Rappelons que dans les faits, cet individu est reconnu internationalement coupable de crimes et de paupérisation croissante des malagasy.

En réalité, le pays n’est jamais sorti de la longue et inédite crise politique et socio-économique depuis le putsch sanglant du 17 mars 2009 perpétré par Andry Rajoelina et consorts et unanimement condamné par la Communauté Internationale.

Le gouvernement est composé de plusieurs tenants du pouvoir ayant largement participé au coup d’Etat et par ailleurs poursuivi par l’institution BIANCO pour les détournements de fonds.


Nous accusons  les pays membres de la Communauté Internationale et notamment la France d’avoir participé financièrement et organisationnellement ( via le projet SACEM) à un système électoral empreint de fraude.

Les multiples interpellations de la société civile sur le hold up électoral et les récentes fraudes massives des dernières élections ont été largement ignorés.

Au contraire, les média étrangers ont été honteusement utilisés pour propager scandaleusement que “tout s’est bien passé” et Andry Rajoelina est “légitimé”

Le pays s’enfoncera encore plus dans cette crise dès lors qu’aucune stabilité et sécurité ne seront garanties pour les 5 autres prochaines années.

Considérant que Madagascar est toujours victime de la continuation d’un régime putschiste, maintenu depuis près de 10 ans, nous tenons à rappeler à l’ensemble des bailleurs (institutionnels ou étatiques) que les fonds que vous accordez à "l’Etat malagasy", ne peut pas être opposable au peuple malagasy.

Etant donné qu’il n’y a plus d’Etat de droit à Madagascar depuis 2009,  toute aide ou accord conclu constitue une forme de reconnaissance du régime en place et de complicité indirecte avec Andry Rajoelina et son régime criminel et pilleur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire


Le GTT INTERNATIONAL, collectif de la diaspora malagasy, dont le siège est à Genève (CH), poursuit un double objectif: la restauration de l'Etat de droit et le rétablissement de la Démocratie à Madagascar. Il prône et oeuvre pour la liberté d'expression, la prise de conscience citoyenne et la mise en place d'une vraie démocratie dont l'exigence première est la tenue d'un processus électoral inclusif, libre et transparent ".