jeudi 8 septembre 2011

Rabesaina Haja: LA FINALISATION DU PROCESSUS

Des voix s'élèvent pour donner à croire que la "Feuille de Route" adoptée par la SADC aurait plusieurs lectures ou que la SADC elle-même ne saurait point ce qu'elle veut. Dans ce vil exercice où l'embrouille, les faux-semblants et la tromperie sont de mise, certains, du côté de la HAT et de ses soutiens irréductibles devenus pourtant singulièrement rares, excellent. Ceux-ci, s'affranchissant de tout scrupule, en arrivent même à donner des décisions de Sandton une version outrageusement biaisée.



Mais personne, ni le Peuple malgache, ni la communauté internationale, ne sont plus dupes depuis longtemps. Néanmoins, dans un ultime effort médiatique et de lobbying ces mêmes soutiens viennent maintenant à la rescousse d'un pouvoir plus que vacillant pour tenter de ressusciter une "Feuille de Route" jadis imaginée par de bonnes âmes acquises aux "unilatéralistes" et relayée par qui l'on sait.



Ce faisant, dans son intime conviction la HAT sait ne plus pouvoir entraver le cours d'un processus qui s'inscrit dans la continuité depuis Maputo et Addis-Abeba, lequel est actuellement complété par les décisions incontournables, opposables à tous et d'applications immédiates adoptées par les chefs d'Etat et de Gouvernement de la SADC à Sandton le 12 juin 2011 et confirmées par le Conseil Sécurité et Paix de l'Union Africaine le mois suivant, et ce à la suite de concertations menées à Gaborone entre toutes les parties prenantes malgaches.



De fait, sont annoncées successivement pour les jours très prochains à Madagascar deux missions de la SADC, l'une technique et l'autre diplomatique et politique, pour mettre concrètement en oeuvre les mécanismes attendus, le "modus operandi" et les spécifications techniques qui, il est vrai, faisaient singulièrement défaut jusqu'ici. Sans celles-ci, et à condition qu'elles soient pleinement acceptées de façon réellement consensuelle et inclusive, les débats politiques et les bases de consultation du peuple seront toujours faussés comme ils le sont jusqu'ici. Et, ce qui est convenu d'appeler "le dialogue malgacho-malgache", destiné à une meilleure intériorisation des solutions convenues, ne serait qu'un leurre.



Enfin ! cette réalité s'impose donc comme étant l'étape finale de tous nos souhaits, l'ultime moment d'un long processus, et quiconque se met en travers pour prétendre le contraire ou l'entraver commettrait une faute morale sans précédent et engagerait gravement devant l'Histoire sa responsabilité.



Le devoir tant politique que moral de chaque acteur public, et le profond souhait que se doit d'exprimer le Citoyen en droit de voir se réaliser son espoir, est désormais de donner toute sa chance à la reprise en main, par la Troïka de la SADC, de la finalisation de la "Feuille de Route", la seule qui vaille, telle qu'elle doit être amendée selon les prescriptions dictées par les décisions de Sandton.



Cette finalisation est tout proche et il faudra aussi l'accompagner, la consolider pour que les mauvais démons n'opèrent pas leur retour.



Dans cet épilogue, le Peuple malgache pourra se débarrasser de la chape de plomb qui hante ses jours et la communauté internationale, au sein de laquelle la France pourra à nouveau briller sans craindre des reproches, pourra s'activer à nouveau.



Rabesaina Haja

1 commentaire:


Le GTT INTERNATIONAL, collectif de la diaspora malagasy, dont le siège est à Genève (CH), poursuit un double objectif: la restauration de l'Etat de droit et le rétablissement de la Démocratie à Madagascar. Il prône et oeuvre pour la liberté d'expression, la prise de conscience citoyenne et la mise en place d'une vraie démocratie dont l'exigence première est la tenue d'un processus électoral inclusif, libre et transparent ".